bds.run

Carnet d'entrainement, récits de course, etc ...

Une Saintésprint pour finir l'année

- courses

Direction Lyon

Samedi matin départ de Paris direction Lyon pour la Saintésprint qui se déroule le soir même. Le TGV que je devais prendre à l’origine a été annulé deux jours avant à cause des grèves. Heureusement, capitainetrain est là.

Débarqué à Lyon en milieu de matinée je rode dans la gare pour faire passer le temps en attendant mon ami avec qui nous nous sommes lancés ce challenge. Une fois tous les deux sur place, nous rejoignons un de ses amis qui a gentillement proposé de nous loger pour le weekend à l’ocasion de la course. Le temps de manger un morceau, se poser un peu, préparer nos camelback et le fameux Gatosport on décide de décoller de l’appartement vers 17h30 afin d’éviter les problèmes pour rejoindre Gerland. La fête des lumières se déroule le même jour et ce n’est pas simple de circuler dans le centre ville.

Après plusieurs tentatives ratées avec les transports en commun et Uber, nous décidons de rejoindre le lieu de retrait des dossards en marchant/footing cool. Déjà 5Km dans les pattes et un petit coup de froid en bonus. Une fois sur place nous devons se split en deux pour retirer nos dossards. Après une bonne demie-heure d’attente nous nous retrouvons pour le retrait des “cadeaux” au village expo (des gants). Une fois ces formalités remplies, nous faisons comme tout le monde pour passer le temps : une photo sous l’arche d’arrivée puis se poser dans les gradins en attendant la navette :-)

Vers 21h nous rejoignons les bus qui vont nous ammener à Soucieu-en-Jarret, lieu de départ du 22Km. Il fait carrément trop chaud pendant le trajet, les 30 minutes de bus semblent interminables … Une fois sur place, on nous largue à côté d’un gymnase où nous attendrons le début des hostilités au chaud. Dernier check de l’équipement, et nous sortons pour nous diriger vers la ligne de départ en footing cool. Le fait que le départ soit à environ un borne du gymnase m’arrange, moi qui craignait ne pas avoir le temps de m’échauffer. On a le temps de faire quelques lignes droites et se placer vers l’avant du SAS. Cela change des grandes courses populaires à Paris.

Le départ

23H pile et le départ est donné, je pars à bon rythme pour éviter d’être enfermé. Avec mon pote nous avons décidé avant le départ de faire la course à notre rythme et de se retrouver à l’arrivée. Je me cale donc à 4’ au kilomètre pendant toute la portion de route du début de course. Après quelques bornes sur le tarmac nous débouchons sur un chemin en descente bien boueux. Il y a déjà quelques chutes et des gens à la limite de se faire des chevilles. De suite je me rends compte que ma frontale “d’entrée de gamme” risque d’être juste, j’ai parfois du mal à anticiper les pièges au sol. Je lève un peu le pied dans cette descente (et toutes les suivantes) pour éviter de me blesser inutilement. Ce temps “perdu” sera compensé dans les descentes sur bitume où je vais pouvoir envoyer.

Vont s’enchainer ensuite une longue série de montées et descentes sur chemin assez glissant. Cette course étant mon premier trail, je suis “surpris” de voir des gens marcher dans les côtes. Ne pouvant pas doubler car trop étroit, j’en fait de même et profite de ces moments pour me ravitailler et récupérer. La mi-course est là, j’arrive au ravitaillement. Je suis frais et j’ai mon camelback donc je décide de ne pas m’arrêter (oh le fou !). Les bornes s’enchainent, je m’éclate bien, alterner chemin/route rend la course très plaisante.

La fin de course

J’arrive à la fameuse côte du kilomètre 17. Elle est assez raide, mon camelback est vide et il y a un vent de face pas très agréable. Je vais alterner marche et course pour limiter la casse. En haut un bénévole m’annoncera que je suis 124ème, je regarde mon chrono et suis un peu étonné d’être aussi “bien” placé malgré mon temps de passage. La fin de course va être difficile, une série longues marches casse-pattes qui débouchent sur les quais et du plat jusqu’à la fin. Je tourne environ à 5’ au kilomètre, niveau cardio tout va bien mais j’ai l’impression de ne pas pouvoir aller plus vite. Le manque d’entrainement je pense.

Bilan

Je coupe la ligne d’arrivée en 2h05 et 14 secondes et termine 109/1658. Bilan très positif, je suis très content de mon premier trail. Je me suis vraiment amusé dans les descentes rendues un peu techniques par le manque de visibilité et la gadoue.

Je pense refaire quelques trails courts cette année, de jour, avec un peu plus de D+ et moins de route tant qu’à faire.

Statistiques

Distance23.15 km
Durée02:04:35 h:m:s
D+410 m
D-577 m

Splits

SplitTempsTemps cumuléD+D-
14:03.14:03.134
24:40.38:43.410
34:25.613:09818
44:16.917:2635
56:37.824:043140
66:11.330:154246
75:23.735:391625
84:32.940:1225
96:10.446:223243
106:29.652:5252
115:02.757:5412
124:32.31:02:2717
136:07.71:08:342720
145:08.51:13:43626
155:01.51:18:441347
164:36.61:23:2120
175:38.71:29:003352
187:39.51:36:397123
196:24.91:43:042321
205:04.21:48:08829
215:47.31:53:5566
224:49.81:58:45312
235:05.02:03:50
240:44.82:04:35

Profil

Profile de la Saintésprint

Parcours

Parcours de la Saintésprint

Le détail est sur Garmin Connect

Bonus

Mes Terra Kiger après le course, elles ont pris cher.

Parcours de la Saintésprint